Règles du confinement : Les Marocains bons élèves

 Règles du confinement : Les Marocains bons élèves

Un employé du ministère marocain de la Santé désinfecte une rue de la capitale Rabat lors de la pandémie de la COVID-19. FADEL SENNA / AFP

Selon le Haut-Commissariat au plan (HCP), près de huit ménages marocains sur dix (79%) ont respecté entièrement les règles du confinement mises en place pour lutter contre la pandémie du nouveau coronavirus (covid-19).

Le Haut-Commissariat au plan vient de rendre publique, aujourd’hui, une enquête intitulée « L’impact du coronavirus sur la situation économique, sociale et psychologique des ménages”. Et les résultats sont pour le moins surprenants ! D’autant que beaucoup parlent d’un laisser-aller surtout dans certains quartiers populaires des grandes villes où plusieurs vidéos ont notamment montré des marchés où les gens s’agglutinaient sans aucune distanciation sociale.

Il faut croire que ce sont quelques exceptions puisque selon le HCP, les Marocains sont de bons élèves.

Par milieu de résidence, ce sont 83% de ménages qui se sont soumis aux règles dans le monde urbain et 69% en milieu rural. A côté de cela, 21% des ménages ont respecté partiellement le confinement (17% en milieu urbain et 29% rural), indiquant que le tiers des Marocains (34%) se sont auto-confinés avant la décision officielle de l’état d’urgence sanitaire, 54% ont commencé le confinement depuis l’adoption de cette décision, et 11% depuis la promulgation du décret-loi relatif à la déclaration de l’état d’urgence.

>>Lire aussi : Sondage au Maroc : la psychologie du marocain à l’ère du Covid-19

Une rupture des règles pour des considérations économiques ou professionnelles

Par ailleurs, le HCP souligne que la rupture du confinement est essentiellement due à des considérations économiques et professionnelles, précisant que 82% des personnes qui sortent du domicile pendant le confinement sont les chefs de ménage, 15% les personnes âgées de 25 à 59 ans, 2% les enfants de moins de 18 ans et 1% les personnes âgées de 60 ans et plus.

Les principales raisons de sortie du domicile sont l’approvisionnement domestique pour 94% des ménages (95% pour le chef de ménage, 75% pour les adultes 25-59 ans, et 68% aussi bien pour l’époux (se) du chef de ménage que pour les jeunes 18-24ans), le travail pour 30% des ménages (48% pour les personnes âgées, 40% pour les adultes, 33% pour les jeunes, 31% pour l’époux(ses) du chef de ménage, et 27% pour le chef de ménage).

Il s’agit également des affaires administratives pour 10% des ménages (11% pour le chef de ménage, et 9% pour les personnes âgées), des besoins récréatifs pour 7% des ménages (50% pour les enfants de moins de 18 ans) et des soins médicaux pour 7% des ménages (32% pour les personnes âgées).

Réalisée du 14 au 23 avril dernier, cette enquête a permis de suivre l’adaptation du mode de vie des ménages sous la contrainte du confinement. Elle a ciblé un échantillon de 2.350 ménages, représentatif des différentes couches socio-économiques de la population marocaine selon le milieu de résidence, urbain et rural.

Cette enquête a pour objectif d’appréhender, notamment, le niveau d’effectivité du respect des règles du confinement, les connaissances des ménages relatives au Covid-19, les actions prophylactiques, l’approvisionnement domestique en produits de consommation et d’hygiène, les sources de revenu en situation de confinement, l’accès à l’enseignement, l’accès aux services de santé et les réactions psychologiques.

Compte tenu des circonstances du confinement et de l’état d’urgence sanitaire, elle a été réalisée par voie téléphonique en utilisant la méthode de collecte assistée par tablettes.

 

Ahlam Jebbar

Ahlam Jebbar