Agression à Claye-Souilly : Mohamed Bellouza, un courageux citoyen

 Agression à Claye-Souilly : Mohamed Bellouza, un courageux citoyen

crédit photo : archives personnelles de Mohamed Bellouza

Ne lui dites pas qu’il est un “héros” ! Pour Mohamed Bellouza, les héros sont ceux qui soignent dans les hôpitaux. Pourtant, ce père de 3 enfants a réussi avec l’aide d’un policier à stopper l’agresseur de Claye-Souilly qui a fait un mort et un blessé grave.

Dimanche 12 juillet 2021. La famille Bellouza va faire ses courses dans le centre commercial les sentiers de Claye-Souilly. Accompagné de sa soeur et son beau-frère, ce commerçant est en train de régler à la caisse. Il entend soudain du bruit à l’autre bout de la galerie. Il aperçoit une scène de panique. D’instinct, il pense à une bagarre et se dirige pour séparer les protagonistes. A son arrivée, quelle ne fut sa surprise de découvrir un homme armé d’un couteau à la main !

Ne cédant pas à la panique, il entame un dialogue avec l’agresseur. “Je lui ai dit de lâcher son arme et de se calmer. J’essaie qu’il jette son couteau de lui-même. C’était un petit monsieur un peu âgé. Sur ma gauche, un homme arrive et dégaine une arme. Il me dit “Je suis de la police. Lâche ton arme, lâche ton arme !

>>Lire aussi : Le décret de naturalisation de Mamoudou Gassama paraît au Journal officiel

La deuxième tentative sera la bonne

Toujours calme, il demande au policier de ne pas tirer. “A ce moment-là, je ne savais qu’il avait tué une personne et blessé une autre, nous indique Mohamed Bellouza. J’avoue que je n’avais pas vu ce qu’il avait fait. Comme une équipe avec le policier, on suivait l’agresseur et j’ai demandé au policier de passer devant. Je reste pour ma part à l’arrière et lui met un coup de pied dans le dos. Le monsieur tombe et on essaie de le maîtriser. Alors qu’il est au sol, il nous menace avec son arme.

Les deux hommes courageux reculent de peur de prendre un coup de couteau. L’agresseur en profite pour se relever et essaie de partir à nouveau. “J’ai dit au policier que l’on allait refaire pareil. On reprend chacun nos positions et je lui remets un coup par derrière. L’agresseur tombe et des badauds nous aident à le maîtriser en le tapant avec des chaises. Je réussis à mettre mon pied sur sa main. Il continue à se débattre un peu mais on est 5-6 à le maîtriser.

Désarmé, le policier et Mohamed Bellouza lui mettent les mains derrière le dos. Ils sont alors rejoints par les pompiers de la galerie marchande qui leur ouvrent une porte de secours. “On l’a porté avec le policier. Il s’est assis. Un surveillant d’un établissement pénitentiaire, qui était sur place, nous apporte des menottes. 5 minutes plus tard, la police arrive et récupère le suspect.”

>>Lire aussi : Mehdi Benmakhlouf : Au coeur de la police municipale de Marseille

“Les héros sont les soignants dans les hôpitaux”

Ni adepte de self défense, ni d’arts martiaux, Mohamed Bellouza avoue avoir agi à l’instinct et sans avoir peur comme un citoyen aidant les forces de police. “J’ai fait ça naturellement. Même sans technique, je n’ai pas eu peur. A la base, je fais du foot. J’ai agi avec les techniques du quartier.

Modeste, Mohamed ne se considère pas comme un héros dans l’agression de Claye-Souilly. “Ce qui m’attriste le plus, c’est qu’il y a eu mort d’homme. Pour moi les héros, ce sont les médecins et ceux qui sauvent des vies tous les jours dans nos hôpitaux. J’ai juste fait mon devoir de citoyen.”

Après l’agression, il discute avec le policier. “Il m’a remercié. Il m’a dit que j’avais fait preuve de courage. On a même rigolé car il m’a dit que j’étais un bon binôme et que je pourrais être embauché (rires)“. Quand on lui demande si ça lui plairait, il dit qu’il est trop vieux. “Personnellement, je tire mon chapeau aussi à ce policier qui a fait preuve d’un grand sang-froid et son professionnalisme. On ne se connaissait pas mais on a travaillé en équipe du début jusqu’à la fin. Malheureusement, nous n’étions pas là avant les agressions.

Garde à vue prolongée pour le suspect

Coté judiciaire, le suspect de l’agression au couteau de deux vendeurs d’un magasin de Bouygues Telecom à Claye-Souilly est encore en garde à vue, selon la procureure de Meaux, Laureline Peyrefitte. Le pronostic vital du deuxième vendeur, hospitalisé d’urgence absolue, n’est plus engagé.

Le suspect de 62 ans a poignardé “dans la région du coeur” les deux jeunes vendeurs. Il s’en était pris verbalement à eux “en lien avec une difficulté de facturation.” L’une des victimes de 18 ans a succombé à ses blessures sur les lieux. Une enquête pour “homicide volontaire et tentative d’homicide volontair” est ouverte.

Yassir GUELZIM

Journaliste Print et web au Courrier de l'Atlas depuis 2017. Ancien de RFI, LCI, France Inter. Producteur et réalisateur (Arte Reportage, France24, France tv).