Chez McDo : ” Tu as été embauchée pour ta grosse poitrine”

 Chez McDo : ” Tu as été embauchée pour ta grosse poitrine”

Chez McDo : des blagues grivoises et sexistes révèlent des anciennes employées

Chez McDo :  Sexisme, agressions sexuelles et grossophobie. Cinq femmes témoignent des discriminations qu’elles sont subies en tant qu’employées.

Sam se souvient que lors de l’entretien d’embauche, la première question qu’on lui a posée ; “si je pouvais suivre, cela risquerait d’être assez dur.” D’autres interrogations ont porté sur son poids. Il faut savoir que Sam pèse 98 kg pour 1M54. Elle raconte avoir essuyé des remarques grossophobes de la part des managers.

Quant à Coralie, qui n’avait que 17 ans alors, un pas est franchi. Il ne s’agit plus de remarques désobligeantes mais carrément d’attouchements sexuels subis par l’adolescente. Un collègue qui faisait semblant de passer près d’elle, ne pouvait s’empêcher de passer sa main, à chaque fois sur une partie différente de son corps. “Des gens le voyaient et personne ne disait rien”, se souvient-elle.

Une autre rapporte les paroles d’un manager qui lui a déclaré sans détours de ne pas se faire de fausses idées:  “Si tu a été embauchée chez McDo, c’est uniquement pour ta grosse poitrine.”

Le jour où il a posé sa main

Chez McDo,  les employés portent des uniformes qui ne sont parfois pas adaptés à leurs morphologies. Le premier qui rouspète, surtout les premiers jours, dégage. Pour Sam, c’était un vrai calvaire que de travailler dans un pantalon serré.

>> Lire aussi :Procès en appel de France Télévisions : Wafa Dahman espère une condamnation pour harcèlement 

Une autre rapporte les avances explicites de son directeur qui lui suggère de “venir travailler en mini-jupe et talons anguilles”. A la longue, les remarques déplacées sont devenues récurrentes. Jennifer, 41 ans, craque et quitte son travail. Précisément, “le jour où il a posé sa main. C’en était trop !”  Jennifer est l’une des rares femmes à avoir osé témoigner à visage découvert.

Une mauvaise ambiance règne dans certains restos de l’enseigne. Des blagues de mauvais goûts, grivoises et discriminatoires visant le physique des employées, souvent jeunes. Elles n’avaient pas été heureuses chez McDo. Pour cause, discriminées voire humiliées, elles ont fini par claquer la porte. Aujourd’hui elles racontent.

 

 

 

 

Mishka Gharbi