Crise du logement : Élisabeth Borne à dunkerque pour tenter de corriger sa copie

 Crise du logement : Élisabeth Borne à dunkerque pour tenter de corriger sa copie

Lyon, septembre 2023. Des familles sans logement ont trouvé refuge dans le gymnase du collège Bellecombe. Antoine Boureau / Hans Lucas / Hans Lucas via AFP.

À Dunkerque ce jeudi, Élisabeth Borne, la Première ministre française, s’attaque une fois de plus à la crise du logement. Elle propose des « mesures concrètes » visant à « intensifier » la construction de logements et à « faciliter » l’accès des étudiants à ces derniers. Ces propositions interviennent après des annonces en juin qui ont laissé les acteurs du secteur sur leur faim.

Le nombre de ménages en attente d’un logement social atteint un niveau record de 2,42 millions, tandis que le nombre de personnes sans domicile fixe a grimpé à 330 000. Accompagnée du ministre délégué au Logement, Patrice Vergriete, ancien maire de Dunkerque, Élisabeth Borne tente de répondre à cette crise persistante.

Lire aussi >> « Marchand de sable » : le profiteur de la crise du logement

Le projet de budget pour 2024, bien que prometteur, ne semble pas être une panacée pour résoudre la crise du logement, comme l’a souligné le député Horizons François Jolivet dans un rapport récent. La production de logements neufs a fortement chuté en 2023 en raison de la hausse des coûts de construction et de la baisse du pouvoir d’achat, accentuée par la hausse des taux d’intérêt compliquant l’accès au crédit.

Les permis de construire ont également chuté de manière significative, avec environ 370 000 autorisations délivrées entre octobre 2022 et septembre 2023. Les autorisations de logements sociaux en 2023 devraient atteindre environ 85 000, un chiffre jugé insuffisant par le gouvernement et les bailleurs sociaux.

 

Développement des logements locatifs intermédiaires

Cependant, Élisabeth Borne, en juin, avait averti qu’il n’y avait pas de « mesure magique ». Ses propositions, principalement techniques, avaient déçu les acteurs du secteur. Véronique Bédague, PDG de Nexity, premier promoteur immobilier, avait qualifié ce plan de « minimaliste » et « imprécis ».

Le gouvernement travaille actuellement sur deux textes de loi, l’un contre l’habitat indigne et l’autre sur la décentralisation de la politique du logement. Le premier, prévu pour la fin de l’année, vise à rénover les copropriétés dégradées. Le second, attendu au printemps, doit décentraliser la politique du logement pour la piloter « au plus près du terrain », selon M. Vergriete.

Le gouvernement vise particulièrement à accélérer la production de logements locatifs intermédiaires (LLI), aux tarifs réglementés mais plus élevés que le logement social. En 2021, 18 000 de ces logements ont été construits. Le gouvernement s’est engagé à permettre aux bailleurs sociaux d’avoir 20% de logements intermédiaires dans leur portefeuille.

Mohamed C.