Le Conseil d’État se penche sur l’interdiction générale des manifestations pro-palestiniennes

 Le Conseil d’État se penche sur l’interdiction générale des manifestations pro-palestiniennes

Un gendarme français retire une banderole pro-palestinienne utilisée par des manifestants lors d’une manifestation de soutien aux Palestiniens, à Lyon, dans le sud-est de la France, le 9 octobre 2023. JEFF PACHOUD / AFP

Le Conseil d’État, plus haute juridiction administrative en France, se penche aujourd’hui sur la question de l’interdiction générale des manifestations pro-palestiniennes imposée par le ministre de l’Intérieur, Gérald Darmanin. Cette interdiction, visant à prévenir les troubles à l’ordre public, suscite des débats sur la balance entre la liberté de manifester et les craintes liées à l’importation du conflit israélo-palestinien sur le sol français.

Gérald Darmanin a annoncé l’interdiction des rassemblements pro-palestiniens, affirmant qu’ils pourraient perturber l’ordre public. Cette décision contraste avec d’autres pays occidentaux où de nombreuses manifestations similaires ont eu lieu, soutenant le peuple palestinien et critiquant le colonialisme israélien. L’interdiction suscite des inquiétudes quant à la liberté d’expression en France, notamment concernant la liberté de manifester pacifiquement en faveur de la Palestine.

Lire aussi >> Interdictions en série des manifestations pro-palestiniennes en France

Le gouvernement français craint des débordements en raison de la présence de la plus grande communauté juive d’Europe, environ 500 000 personnes, ainsi que d’une importante population musulmane. Il justifie ces inquiétudes en se référant à des actes antisémites et à l’apologie du terrorisme qui ont augmenté depuis le déclenchement des attaques du Hamas contre Israël en octobre.

Cependant, une association pro-palestinienne a contesté cette interdiction devant le Conseil d’État, arguant qu’elle est contraire au droit français. Les avocats de l’association considèrent que cette interdiction restreint indûment l’expression palestinienne en France et soulève des préoccupations démocratiques.

 

L’interdiction générale fait débat

Bien qu’un tribunal administratif ait validé l’interdiction d’une manifestation à Paris en raison de « risques avérés d’exportation de cette violence » et de l’augmentation des actes antisémites, le tribunal a précisé que cette interdiction circonstanciée ne doit pas être interprétée comme une interdiction générale de toutes les manifestations ayant le même objectif.

Le Conseil d’État devra peser les libertés fondamentales de manifester et d’exprimer ses opinions contre les craintes d’ordre public. Il pourrait choisir une approche au cas par cas pour respecter la liberté de manifester tout en abordant les préoccupations sécuritaires. Cette situation soulève des interrogations sur la définition d’une manifestation pro-palestinienne et sur les limites de la liberté d’expression.

Certains craignent que l’interdiction d’expressions pacifiques puisse entraver la liberté d’expression, tandis que d’autres estiment que des mesures appropriées sont nécessaires pour empêcher les discours de haine et la discrimination lors de ces manifestations. La décision du Conseil d’État devra équilibrer ces préoccupations légitimes tout en respectant les principes fondamentaux de la démocratie.

Mohamed C.