Maroc. Une banque de projets pour investir dans les filières industrielles

 Maroc. Une banque de projets pour investir dans les filières industrielles

Moulay Hafid Elalamy, ministre marocain de l’Industrie, du Commerce, de l’Investissement et de l’Économie numérique

La crise majeure et inédite Covid-19 qui sévit dans tous les continents a mis les gouvernements à rude épreuve au-delà des questions sanitaires. La désindustrialisation de beaucoup de pays a mise à nu leur dépendance en matière d’approvisionnement pour des produits basiques tels que les masques, les respirateurs artificiels ou certains réactifs nécessaires à la production de médicaments. Le Maroc n’y avait pas échappé.

Beaucoup de voix se sont élevées pour réclamer la « souveraineté industrielle et le rapatriement des investissements industriels délocalisés notamment dans les pays asiatiques. Le Maroc n’échappe pas à la règle et il a démontré pendant cette crise des capacités exceptionnelles de réactivité et d’innovation. Le ministre marocain de l’Industrie, du Commerce, de l’Investissement et de l’Économie numérique, Moulay Hafid Elalamy, avait interpellé les entrepreneurs marocains et les investisseurs internationaux à investir dans les filières industrielles de production de produits de substitution aux importations et il a permis la publication d’une banque de projets dans ce sens. 

>> Lire aussi : Moulay Hafid Elalamy : « Il ne faut pas qu’on baisse les bras »

« Accélération du marché intérieur »

Promesse tenue, son département vient de publier sur son site des fiches projets dans un document intitulé « Accélération du marché intérieur ». Cette banque comprend une centaine de projets représentant plusieurs filières industrielles au Maroc, présentés sous forme de fiches qui donnent « une vision globale des principales opportunités d’accélération du marché intérieur ». Ces fiches ont été élaborées sur la base « des données publiques et des entretiens avec des experts et des industriels de chaque filière ». Chaque fiche projet se structure comme suit : 

  • Coordonnées du point de contact au Ministère de l’Industrie
  • Nom du projet
  • Filière et sous-filière concernées par le projet
  • Descriptif du projet avec le code HS (norme internationale) du produit fini
  • Complexité du produit en se basant sur l’indicateur standard produit par Harvard pour donner une idée sur le niveau de sophistication pour assurer la production de ce produit
  • Taille du marché et potentiel de croissance : indications sur l’évolution des importations et exportations du produit sur les 4 dernières années
  • Indicateurs financiers donnés à titre indicatifs, sans engagement de la part du Ministère. L’entrepreneur doit élaborer son business plan de manière plus détaillée et plus fine
  • Principaux intrants pour produire le produit fini concerné
  • Avantages consentis pour réaliser l’investissement. 

Les avantages offerts par l’Etat

Sur ce dernier point, les avantages offerts par l’Etat aux investisseurs sont très intéressants et variés, notamment : 

  • Des subventions : pouvant aller jusqu’à 30% du montant de l’investissement via le Fonds de Développement Industriel et d’Investissement (FDII) // prise en charge partielle de certaines dépenses : acquisition du foncier (jusqu’à 20% du coût du terrain), infrastructure externe (jusqu’à 5% du montant de l’investissement ou 10% pour le secteur textile) et à la formation (20% du coût de la formation). Ces subventions proviennent du Fonds de Promotions des Investissements (FPI) // Et bien d’autres subventions.
  • Des financements bancaires avantageux garanties par la Caisse Centrale de Garantie (CCG)
  • Des aides à la formation
  • Des avantages fiscaux
  • Du foncier dans les parcs industriels intégrés et dans les zones d’accélération industrielle 

>> Voir aussi : Moulay Hafid Elalamy : “Le Maroc est un partenaire fiable pour sa population et nos pays amis”

Malika El Kettani